2000 – 2012

Jeu du vol de l’oie – Ulassai, 2002

 LA COMPTINE DU JEU DU VOL DE L’OIE

La coquille d’oeuf se fissure de l’intérieur
quand le poussin commence à frapper
Frappe le poussin qui veut passer
par la coquille d’oeuf
à la coquille du monde
Pas petits pas la bimbo
cherche seulement où picorer
Quand dans un bourbier
de boue et de ciel
voit reflétée une ombre voler
L’oie se tourne en cherchant ce vol
dans le loin arc d’un arc-en-ciel
On dirait l’évasion d’un prisonnier
qui vol libre en cherchant le ciel
L’oie ravie par le rêve de voler
essaye de voler, mais elle tombe au sol
Tombe et retombe essaye et réessaye
Une marionnette se rapproche à elle
La marionnette était friponne
Il rêvait d’être un bon garçon
Dans la fable
de la marionnette
il y a la fée avec le voile bleu
L’oie perdue avec la marionnette
entre dans le jeu de la magie
Au rêve de l’oie qui veut voler
la fée avec le voile bleu sourit
Elle tape sur la coque du rêve interdit
Et elle libère l’oie dans l’infini.

 

 

 

Combien de mers naviguer. Tiscali campus. Technique mixte, 2003

 

 

 

 Le tableau. Ulassai, 2003

[cml_media_alt id='258']La Lavagna, Ulassai 2003[/cml_media_alt]
La Lavagna, Ulassai 2003

 

 

Le mur du enchevetrement. Ulassai, 2004

[cml_media_alt id='491']Maria-Lai-Il-muro-del-groviglio-Maria-Lai-2004[/cml_media_alt]

 

 

Les petit livres murée. Ulassai, 2004

 

 

 

  Invitation à table. Technique mixte, 2004. PH Gianni Polinas

 

Entre les fils et les pensées. Maison du styliste Antonio Marras, 2004

 

 

 

La maison des inquiétudes. Ulassai, 2005

 

 

 

Petit bergère avec chevrette – Ulassai, 2005

[cml_media_alt id='241']Pastorello mattiniero con capretta, Ulassai 2005[/cml_media_alt]
Pastorello mattiniero con capretta, Ulassai 2005

 

Stazione dell’Arte, Ulassai, 2006.

L’8 luglio 2006 viene inaugurato nei vecchi caseggiati dell’ex stazione di Ulassai il Museo di Arte Contemporanea, la Stazione dell’arte, con la donazione di circa 140 opere da parte dell’artista, fra le più significative del suo percorso.

 

 

 

Pris par la mail par Garcia Lorca. Bibliothèque communal de Carbonia, 2006

Maria Lai travaille avec l’artiste Alberto Spada

[cml_media_alt id='1502']Biblioteca Comunale di Carbonia, Maria Lai lavora insieme all'artista Alberto Spada[/cml_media_alt]

 

 

 

 

Contes tressèe. Ulassai, 2007

 

 

 

 

Via Crucis. Cardedu, 2008

Articolo di Carmelino Pitzolu

 

 

 

Le 5 S. Pirri, ex verrerie, 2008

[cml_media_alt id='1581']pirri1999[/cml_media_alt]

 

 

 

La capture de l’aile de vent. Ulassai, 2009

 

 

 

Etre est tisser – Aggius, 2009

Foto di Rosi Giua

 

 

 

Coudre et recoudre sur l’endroit et sur l’envers
Cagliari, 4 Mars 2010 – Aula Magna Facultè de Droit

Ce travail est indifférent au temps. une fois détruit sera reconstruit comme il est maintenant. Ce ne sera pas indifférent à la détérioration en raison de l’usage, mais fera de l’usage, de sa vie vécue et touchée la raison d’être là, toujours nouveau, dans sa vérité éternelle identique. C’est pour cela qu’il ne faut pas craindre de le toucher, de le marquer, de le ruiner. Il ne peut pas être ruiné car il  renaît immédiatement. Ce travail n’est pas une peinture, pas une fresque: il est pur signe,  pure forme, pur concept, que quelques mots peuvent faire éternel. Vous pourriez dire que l’âme de ce travail vit là où il n’y a pas de temps. Il n’y a pas destruction, où il y a reconstruction éternelle. Les yeux du spectateur changent, mais son âme, son essence (du travail) sera toujours là, perceptible dans sa forme.

Guido Strazza
Cagliari, 9 Juillet 2009

 

 

 

Traces de lois. Roma, Palazzo Montecitorio, 2011

 

 

 

Hommage à Grazia Deledda. Nuoro, 2012